Laboratoires Expanscience
A A A
Imprimer

Vivre avec l'arthrose : comment garder le moral ?

  • share on facebook
  • share on twitter
  • send this page to a friend

Votre moral est le baromètre de votre vie quotidienne. Lorsqu'on souffre d'arthrose, il peut être à la hausse ou à la baisse, en fonction de la douleur ou de la gêne ressentie à l'instant présent.

Lorsque vous souffrez ou constatez que vos gestes quotidiens deviennent pénibles à accomplir, le ciel se couvre… L'avis de tempête peut même survenir lorsque l'entourage a du mal à comprendre la personne atteinte d'arthrose.

Voici quelques conseils pour vous aider à mieux comprendre l'importance des répercussions psychologiques dues à la maladie arthrosique, et faire en sorte que le soleil remplace les nuages.

« Contre l'arthrose, il n'y a pas grand-chose à faire, mais je me débrouille. »

Bravo, l'arthrose n'a pas pris le dessus. Mais vous avez tort sur un point : l'arthrose n'est pas une fatalité. Même si aujourd'hui il n'existe pas de moyen de la guérir, on peut efficacement traiter la douleur et améliorer votre qualité de vie.

« Prendre une canne, jamais de la vie, ça fait trop vieux. »

La canne pourtant est une aide technique très appréciable surtout lors des poussées inflammatoires. Si l'idée de la canne vous choque, sachez que vous avez la possibilité de la remplacer par un parapluie. Pour vous convaincre du bien-fondé de l'utilisation d'une canne, essayez-la dans un premier temps, au cours de tous vos déplacements dans la maison. Vous vous rendrez vite compte que le fait de moins souffrir compense largement les a priori que vous aviez.

« Mon plaisir, c'est de m'occuper de mes petits-enfants, pourvu que je puisse continuer... »

Ces moments-là sont en effet précieux, par le plaisir qu'ils procurent. Mais il est vrai que parfois les enfants peuvent être fatigants. Si vous craignez de ne plus en être capable parce que vous souffrez, choisissez des activités plus compatibles avec votre état. En aucun cas il ne faudra vous priver de ce plaisir car l'attention que l'on porte à sa douleur est toujours diminuée aux cours des bons moments.

« Le pire serait de devenir tributaire des autres. »

C'est en effet une crainte légitime même pour quelqu'un d'aussi actif que vous. La perte d'autonomie est pour tous un sujet d'angoisse.

Heureusement, il existe quelques méthodes à mettre en place pour limiter au maximum la gêne quotidienne et par conséquent la perte d'autonomie. Il est souvent possible de faire par exemple quelques aménagements dans un appartement de façon à rendre les objets plus accessibles et plus faciles à utiliser.

Pour en savoir plus sur ce sujet, nous vous conseillons de vous rendre dans la rubrique "conseils au quotidien" vous y découvrirez toutes les astuces qui vous permettront de solliciter le moins possible votre entourage.

« Contre l'arthrose, il n'y a rien à faire, c'est l'âge qui veut ça. »

Vous voilà bien philosophe, pourtant l'arthrose n'est pas inéluctable. Si en effet, l'âge favorise l'apparition d'arthrose, c'est une véritable maladie qui n'a rien à voir avec le processus normal de vieillissement. Plusieurs situations peuvent conduire à la survenue de l'arthrose. Pour en savoir plus nous vous recommandons d'aller consulter la rubrique : "facteurs de risque"

L'arthrose n'est pas non plus une fatalité, même si aujourd'hui, il n'existe pas de moyen de la guérir, on peut efficacement traiter la douleur et améliorer votre qualité de vie. Nous vous conseillons de visiter sur ce site les rubriques "Conseils au quotidien" et "Traitements".

« Je voudrais continuer à m'occuper souvent de mes petits-enfants, mais parfois... »

Ces moments-là sont en effet précieux, par le plaisir qu'ils procurent et aussi parce que l'attention que l'on porte à sa douleur se trouve détournée. Mais il est vrai que parfois les enfants peuvent être fatigants. Si vous vous sentez moins en forme parce que vous souffrez, choisissez des activités plus compatibles avec votre état et pensez aussi à parler à votre médecin qui vous conseillera avant une sortie ou une journée bien remplie.

« Au bureau au début tout le monde comprenait... »

« Au bureau au début tout le monde comprenait que je ne sois pas là, à cause de ma maladie, mais, à la longue, je crains que mes collègues se lassent. »

C'est normal d'y penser, car c'est parfois difficile pour l'entourage d'évaluer vos difficultés : la douleur ne se voit pas ! Plutôt que de taire votre maladie et ne montrer que votre souffrance, n'hésitez pas à informer votre employeur et vos collègues sur l'arthrose. Ensemble, vous pourrez tenter de trouver des solutions pour aménager, dans la mesure du possible, votre travail.

« Je sais bien que j'ennuie mon mari à ne plus jamais vouloir sortir, mais j'ai tellement peur d'avoir mal. »

Il est normal en effet que l'entourage, même le plus attentif, ait du mal à percevoir la souffrance ressentie puisque la douleur ne se voit pas.

Plutôt que de renoncer complètement aux sorties, choisissez avec vos proches celles qui vous tiennent à cœur. Vous profiterez ainsi d'un moment privilégié que votre entourage saura également apprécier.

Pour des conseils pratiques, vous pouvez consulter dans ce site la rubrique "Conseils au quotidien".

« J'ai peur de finir dans un fauteuil roulant. »

Rassurez-vous, c'est une crainte totalement injustifiée en ce qui concerne l'arthrose. Ce sentiment s'explique par le caractère chronique de l'arthrose qui est responsable de l'idée fausse d'une dégradation inéluctable des articulations. Même lorsque votre vie de tous les jours est gênée de façon importante par la douleur et la limitation des mouvements articulaires, votre médecin peut vous proposer des solutions médicales, voire chirurgicales adaptées.