Laboratoires Expanscience
A A A
Imprimer

Vivre avec l'Arthrose

  • share on facebook
  • share on twitter
  • send this page to a friend

Bien manger

prévention arthrose bien manger

Les patients arthrosiques atteints de surcharge pondérale peuvent se faire conseiller et accompagner afin de viser un poids « normal » (voir rubrique Traitements).

Dans certains cas, le recours à une diététicienne est utile pour obtenir des conseils de régime précis. Les deux façons efficaces et complémentaires pour perdre du poids sont le régime amaigrissant et l’exercice physique.

Dans tous les cas, il faut maintenir un équilibre alimentaire en faisant au moins 3 repas par jour, boire suffisamment et limiter la consommation de boissons sucrées et alcoolisées.

Pour vous aider vous pouvez établir un coaching nutritionnel adapté à votre arthrose sur notre site Arthrocoach.com.

Bien bouger

prévention arthrose exercice physique

Vous devez faire deux types d’activité physique : des exercices aérobies et des exercices de rééducation.

Les exercices aérobies entretiennent votre forme physique (et votre moral par la même occasion) et participent à l’éventuelle réduction de votre surcharge pondérale.Le modèle d’exercice aérobie est la marche rapide pendant 30 minutes 3 fois par semaine. En cas de difficultés à la marche, vous pouvez choisir des activités physiques en décharge comme le vélo, la natation ou l’aquagym.

Les exercices de rééducation ont deux objectifs :

  • entretenir la mobilité de vos articulations et combattre la raideur ;
  • renforcer votre musculature, en particulier celle se trouvant autour de votre articulation douloureuse.

Ces exercices sont adaptés à la localisation de votre arthrose. Le kinésithérapeute vous les a appris lors des séances qui vous ont été prescrites au début de votre maladie.
C’est à vous de les poursuivre chaque jour sans l’aide du kinésithérapeute.

En cas de douleur, il ne faut cependant pas poursuivre l’activité comme si de rien n'était : cela pourrait aggraver les lésions du cartilage.

En cas de poussée d’arthrose, il est préférable de limiter votre activité physique.
Il faut donc maintenir vos activités le plus possible, tout en respectant votre douleur si elle survient.

Auto-surveillance

prévention arthrose auto-surveillance

Il peut être très utile que vous mettiez en place une auto-surveillance de votre arthrose. Vous pourrez ainsi présenter et discuter des résultats de votre auto-évaluation avec votre médecin. Celui-ci pourra alors évaluer plus facilement le niveau de progression de votre arthrose et adapter, si besoin est, votre traitement.

Nous vous proposons de découvrir des techniques d'auto-évaluation à travers les points proposés ci-dessous.

Si vous notez des modifications entre deux auto-évaluations, vous devez impérativement consulter votre médecin.

Vous avez une poussée douloureuse et inflammatoire

On a vu précédemment que la douleur peut être un symptôme évocateur d'une poussée d'arthrose et donc d'une possible aggravation des lésions arthrosiques de vos articulations. Cependant, la difficulté réside dans la subjectivité du sentiment de la douleur.

Ainsi, vous pouvez aider votre médecin en quantifiant quotidiennement votre douleur, en lui attribuant une note comprise entre 0 (pas de douleur) et 10 (douleur extrême) et en lui en faisant part dès votre consultation.

Echelle de la douleur ]

Il est très important de reconnaître une poussée d'arthrose le plus tôt possible, car elle peut souvent s'accompagner de phénomènes de destruction articulaire. Ainsi, pour surveiller votre arthrose, vous devez être très attentif aux signes annonciateurs d'une poussée et consulter votre médecin pour faire un bilan sur votre état si ceux-ci apparaissent.

Les symptômes suivants annoncent souvent une poussée d'arthrose :

  • une brusque augmentation de la douleur en quelques jours sans cause apparente ;
  • la survenue de douleurs nocturnes ;
  • une raideur au réveil supérieure à quinze minutes ;
  • l'apparition d'une rougeur et la sensation de chaleur au niveau de l'articulation ;
  • l'apparition d'un épanchement articulaire (l'articulation augmente de volume).

Il est donc important de bien faire la différence entre les symptômes d'une poussée arthrosique et les douleurs habituelles. Si vous ressentez ces symptômes, vous devez consulter votre médecin pour que celui-ci vous prescrive, le plus tôt possible, le traitement nécessaire pour calmer vos douleurs et limiter la destruction de votre cartilage.

Dans ce cas, il pourra, mais ce n'est pas obligatoire, confirmer ce diagnostic en vous prescrivant des examens complémentaires.

L'examen le plus utile est une radiographie de votre articulation. Votre médecin pourra la comparer à la précédente pour savoir s'il y a ou non une aggravation des signes qui témoignerait d'une destruction cartilagineuse accélérée.

L'échographie (examen en cours d'évaluation dans l'arthrose) est simple, indolore, peu coûteuse et pourrait demain accompagner la radiographie pour évaluer l'état articulaire.

Une ponction du liquide articulaire peut également être réalisée. Elle vous soulagera et permettra de s'assurer que vos douleurs sont bien dues à une poussée d'arthrose et non à une autre maladie. Ce geste peut précéder un geste thérapeutique l'infiltration.

Exceptionnellement, une IRM peut être prescrite.

Vous éprouvez une gêne fonctionnelle

gêne fonctionnelle

Selon l'articulation touchée, l'arthrose peut entraîner une gêne douloureuse qui va limiter l'amplitude de vos mouvements. La mesure de la diminution de votre mobilité gestuelle ou de vos difficultés à effectuer certaines tâches peut être un moyen efficace pour surveiller votre arthrose.

En effet, votre mobilité peut refléter l'état d'évolution de vos lésions arthrosiques. Pour surveiller votre arthrose et plus particulièrement son impact sur la diminution de votre mobilité, il existe plusieurs questionnaires. Ces grilles d'évaluation, généralement utilisées par les médecins, sont donc des outils pertinents pour vous aider à surveiller votre arthrose.

Toutefois, ce n'est pas toujours simple. Pour certaines localisations, l'évaluation de vos difficultés à faire certains mouvements ne reflète pas forcément l'évolution de votre arthrose. Il est donc important que vous quantifiiez régulièrement vos difficultés gestuelles grâce à ces questionnaires, mais vous devez en discuter avec votre médecin traitant car celui-ci doit être rempli en sa présence. En analysant vos réponses, lui seul est capable de mesurer l'évolution de votre arthrose et de vous recommander un traitement adapté à votre état.

Voici ce questionnaire :

Vous souffrez d’une raideur articulaire

raideur articulaire

L'arthrose peut entraîner une certaine raideur de vos articulations. L'intensité et la durée de cette raideur souvent matinales peuvent refléter l'état d'inflammation de votre articulation. Ceci est fréquemment observé lors de poussées congestives d'arthrose.

Evaluer régulièrement l'évolution de votre raideur peut être un moyen de surveiller votre arthrose. Comme pour votre mobilité gestuelle, il existe des questionnaires (pouvant être les mêmes) vous permettant de quantifier régulièrement l'intensité de vos raideurs et d'en connaître la progression. Cependant, il est impératif que vous discutiez des résultats observés avec votre médecin. Lui seul est capable d’analyser le résultat et de juger de l'état d'avancement de votre arthrose.